Maroc

Publié Laisser un commentairePublié dans Afrique, Maroc

Une petite semaine pour profiter des derniers rayons du soleil de l’année à l’automne 2013 dans le nord du Maroc. Tanger, Chefchouen et Tétouan. Loin des clichés du désert, nous avons découvert un Maroc verdoyant.

Lors des vacances de la Toussaint nous avons décidé d’aller profiter des derniers rayons du soleil au Maroc. C’était l’occasion parfaite  de découvrir Chefchaouen chez Nina et Thomas.

Depuis Tanger, au nord du Maroc, nous avons d’abord du négocier avec un chauffeur tard dans la soirée à l’aéroport pour qu’il accepte de nous emmener jusqu’à Chefchaouen. Le prix étant le même pour une ou six personnes, le mieux est de partager le taxi. Et, à ce jeu, il n’y a aucune limite. Nous nous retrouvons donc à quatre sur la banquette arrière (sans ceinture, bien superflue) direction Tanger où nous effectuons un premier arrêt avant de repartir pour Chefchaouen.

La négociation, habitude incontournable de la culture marocaine, nous pose problème tout le long du séjour. De même, les sollicitations pressantes des gens nous mettent mal à l’aise car nous ne distinguons pas si elles sont sincères ou intéressées.  » Soyez les bienvenus » restera comme le leitmotiv du séjour, pénible à la fin.

Guidés par nos guides avertis,  nous avons profité d’une excellente gastronomie dans des bouibouis sans prétentions comme une typique harira ou encore un gargantuesque coucous préparé par la voisine.

Médina de Chefchaouen

Après une nuit réparatrice dans un charmant hôtel où nous avons partagé notre chambre avec un cafard, nous entamons notre première journée par la découverte de la ville et du charmant quartier de la médina. Très typique dont les petites ruelles sont recouvertes d’un bleu turquoise. Nous continuons par la visite de Kasbah, étape obligatoire, qui cache un magnifique jardin et un jolie point de vue sur la ville.

Vue de la Kasbah

Pour notre deuxième journée, nous décidons de nous éloigner un peu de la ville. Comme à notre habitude, à pied et sans carte. Nous découvrons un village reculé avec des enfants qui nous prennent d’assaut et nous demandent des stylos. Nous sommes quelque peu surpris par cette demande; nous nous attendions plutôt à des demandes d’argent ou de bonbons. Ils étaient très fièrs de nous montrer leurs cahiers et nous ont suivis sur une bonne partie du chemin. Les chèvres, les chiens et les chats ont ensuite pris le relais. En fin de journée, un orage a éclaté ce qui nous a donné de jolies lumières.

Marché de Chefchaouen

Alors que nous nous attendions à voir des dunes et des chameaux, nous avons découvert des paysages tout autre. Une randonnée nous a permis de nous rendre compte à quelque point le nord du pays est très vert et les hivers rudes. Un climat apparemment propice à la culture du cannabis, une des spécialités de la région.

Nous avons privatisé un hammam traditionnel dans un hôtel. Une salle entièrement pour nous, toute en mosaïque avec un système de chauffage à l’ancienne qu’il nous a fallut comprendre et apprivoiser. Une expérience fort sympathique.

Pour notre dernière journée, outre les quelques achats de souvenirs (sac à main, épices, lampes et théière) nous avons fait une charmante randonnée dans les montagnes plus désertique. Nous aurions bien aimé ramené un tapis, mais nous n’avions pris qu’un petit sac à dos chacun.

Randonnée dans les montagnes Chefchaouen

Avant de rentrer à Tanger pour reprendre l’avion, nous nous sommes arrêtés dans la ville de Tétouan, conseillé par le Guide du Routard pour sa très belle médina… Une légère déception, comparé à Cherchaouen, Tétouan est beaucoup plus sale, délabrée et moins typique (pas de médina bleu). Une jolie surprise cependant, la mosquée.

Marché de Tétouan

Nous avions prévu de passer une petite journée à Tanger avant de rentrer à Paris. Une ville assez grande, sans charme et bruyante.

Terrasse à Chefchaouen