[Angleterre du sud] Sussex

Publié Laisser un commentairePublié dans Europe, Royaume - Uni, sud, Sussex

Justine a découvert Brighton à l’occasion de l’organisation du festival d’art contemporain Diep~Haven, et cela lui a donné envie d’en voir un peu plus au sud de l’Angleterre. Alors on a mis la voiture dans le ferry et on est parti en juillet 2017 pour 10 jours, du Sussex au Dorset, en passant par le Hampshire et le Devon à la rencontre des moutons, de Sherlock Holmes et des paysages de Jane Austin.

La côte brumeuse de Dieppe à peine quittée, le soleil nous a accueilli à New Haven. Nous filons aussitôt à l’ouest pour rallier Rye – le plus beau village d’Angleterre – parait-il. Bah non, en fait. On a été déçu. Alors certes, il y a bien la Mairmaid Street et ses pavés joliment déglingués mais ça s’arrête là.

On a préféré humer l’air de la mer à Beachy Head. Pas de plages mais une côte découpée de falaises blanches et abruptes. Et même si nous avons manqué le coucher de soleil de peu, les falaises à pic et le phare de Belle Tout au milieu des étendues d’herbe rase offrent un panorama splendide.

Phare de Belle Tout

Aux alentours, la charmante bourgade d’Alfriston nous a aussi bien séduite. Son camping, un peu moins. Il s’agit d’un vaste terrain vague sans emplacement délimité, très peuplé et bruyant. On file se réfugier au Star Inn. Ce n’est pas moins bruyant mais on retrouve l’atmosphère typique du pub anglais: plancher en bois qui craque, fenêtre à petits carreaux et une bonne bière (éventée et tiède of course!).

Nous avons ensuite passé une journée à Brighton où nous avons dû nous excentrer pour nous garer. Le front de mer est très touristique mais agréable pour la balade. Les illuminations du Pier sont jolies et le spot est idéal pour le coucher du soleil. A l’inverse on ne recommande pas la balade under the cliff, le long d’une piste bétonnée et monotone. Le plus sympa reste le quartier piétonnier de The Lanes. On déambule entre les boutiques de fringues, les coffee shop et les librairies. Les rues pavées, souvent étroites, et les maisons en briques entretiennent le charme désuet et coloré du cœur historique.

On se laisse bien sur tenter par quelques sucreries typiques du pays : le fudge, que nous achetons chez Roly’s, un large choix avec des goût originaux. On est conquis ! Pour les palais plus traditionnels, on vous recommande les cookies de Ben, un vrai délice.

Brighton Pier

Enfin l’excursion ne serait pas complète sans la visite kitsch mais impressionnante du Royal Pavillon, un palais du 19e siècle construit selon une architecture orientale. Une véritable immersion dans un palais indien de l’extérieur et… chinois à l’intérieur! Un vrai dépaysement! Les jardins sont plaisants pour une sieste ou un pique-nique.

À notre grande surprise il n’a pas été facile de trouver un resto ouvert après 21 heures, même en pleine saison estivale! On a quand même réussi à trouver un Fish&Chips, halte locale obligatoire. Pour le logement, l’auberge Home Brighton est idéalement placée et fait le bien le job.

[Angleterre du Sud] Hampshire

Publié Laisser un commentairePublié dans Europe, Hampshire, Royaume - Uni, sud

On quitte Brighton vers l’est, et sans nous arrêter à Southampton et l’île de Wight, on fonce vers le Parc National de la New Forest. On n’est pas les seuls et des bouchons nous attendent à Lyndhurst, la bourgade au centre du parc. Le coin est sacrement touristique mais il est pourtant difficile d’identifier les bons spots à visiter dans cette immense forêt. Sur les conseils de l’office du tourisme, nous sommes partis nous balader du côté de Bolderwood. L’endroit ressemble un peu au Champ de Mars en été: On joue au foot sur une vilaine herbe, ça braille de partout et on pique-nique à quelques centimètres de sa voiture. Nous avons fait un court itinéraire dans les sous-bois, sans grand intérêt. En revanche le sport permet d’observer de magnifiques cervidés en semi-liberté.

Cerfs dans la New Forest

Quelques kilomètres plus loin et plus au calme, le Tall trees trail nous a bien plu, bordés d’impressionnants arbres.

Sur la plaine de Reihnefield

Mais ce que nous avons préféré est de loin la plaine de Reihnefield, un peu avant Brockenhurst. Une fois garés à Puttles Bridge car park, on se promène le long d’une charmante rivière qui serpente dans les sous-bois; et quelle surprise de tomber nez-à-nez avec des chevaux sauvages! Un peu plus haut une vaste prairie sert de terrain de jeu aux chevaux, ânes et vaches à poils long. L’endroit nous a tellement plus que nous décidons  d’y passer un peu de temps et nous faisons halte au camping d’Aldrige. Au lever du jour le soleil disperse la brune et colore magnifiquement les bruyères en fleur. Superbe.

Guillaume dans la lande

[Angleterre du Sud] Devon

Publié Laisser un commentairePublié dans Devon, Europe, Royaume - Uni, sud

Du Devon, nous avons surtout exploré le Dartmoor National Park. C’est probablement l’étape la plus impressionnante de notre séjour de la côte sud de l’Angleterre et les 2 jours se sont révélés trop courts pour profiter pleinement des magnifiques paysages de la région. Il est constitué de collines couvertes de bruyères surmontés de rochers disparates, les Tors. On croise des moutons, des chevaux sauvages mais pas le terrible le chien des Baskerville dont le Dartmoor sert de décor.

Dans le Dartmoor National Park

Deux routes principales traversent le parc: du nord au sud (Exeter – Yelverton) et d’est en ouest (Tavistock – Newton Abbot). Elles se rejoignent au milieu à Two Bridges, au coeur du parc où l’on peut trouver un point d’information. Ces routes offrent des panoramas à couper le souffle. De nombreux aires permettent de s’arrêter sur le bas-côté. « Drive with Moore care » car on croise des moutons sur la chaussée. En dehors de ces grands axes les routes sont extrêmement étroites: bordées de hautes haies qui forment de jolies arcades végétales au-dessus de la route mais rendent périlleux les croisements.

Randonnée dans le Dartmoor

Le point d’information n’étant pas capable de nous conseiller une longue balade à la journée, on finit par acheter une carte détaillée et de définir notre propre itinéraire sur le coin d’une table dans un pub. Mauvaise idée finalement: Nous nous sommes embarqués pour une rando de 30 km  hors sentiers à travers des tourbières marécageuses avec clôtures de pâturages, zones militaires, et ruisseaux à traverser. Une vraie galère qui nous a épuisé! Voici donc les spots sympas que nous conseillons et qui sont pour la plupart accessibles depuis un parking jamais très loin. En absence de sentiers balisés cela reste l’option la plus raisonnable. Au nord de Two Bridges les bois de Wistmann offrent un décor féerique où une mousse verte recouvre roches et arbres. À l’est de PrinceTown les anciennes carrière de Fogginor valent aussi le détour.

Le bois de Winstmann
Carrière de Fogginor

Le parc recèlent surement de sentiers aménagés mais nous ne le avons pas trouvés. Pour un séjour bref, on conseille donc de parcourir tranquillement les Scenic Drive qui font profiter d’un paysage somptueux.

Dans les plaines du Dartmoor

Pour nous remettre de notre randonnée laborieuse, nous avons fait halte dans le manoir Kelly où nous avons été extrêmement bien reçus. La demeure appartient à la famille depuis…31 générations! Scones, tea time and English breakfast sous le regard sévères des vieux portraits de famille et au milieu du charme suranné des rideaux et sofas décolorés en font une halte originale.

Dans le parc nous avons campés au camping à la ferme de Dartmoor Shepherds Hut à Michelcombe. Difficile d’accès mais tout à fait décent.

Justine dans la jungle d’Eden Project

Nous n’aurons pas le temps d’atteindre les Cornouailles mais nous avons poussé à l’ouest jusqu’à l’Eden Project. Il s’agit d’une sorte de parc d’attraction végétal où sont rassemblés des milliers de plantes. Un gigantesque jardin des plantes sous d’immenses serres pour y contrôler l’atmosphère. À l’origine le site était une carrière, réaménagé en 2001 avec un dôme dédié aux variétés méditerranéennes et un  autre à celles tropicales. Même si le baratin écologique est peu convainquant, la profusion de fleurs, de fruits, de légumes offre une visite rafraichissante. Idéal pour les enfants et les jours de pluie!

[Angleterre du Sud] Dorset

Publié Laisser un commentairePublié dans Dorset, Europe, Royaume - Uni, sud

Au sortir de la New Forest, nous continuons notre route vers l’Est. Nous suivons la côte mais nous en sommes trop loin pour en profiter. On réalise d’ailleurs trop tard que le GPS nous conduit vers un embarcadère pour traverser une large baie en ferry à Poole. On fait finalement un grand détour pour contourner la baie. Le ferry est coûteux et nous avons le temps.

Nous faisons halte à Snawage, dans le Durlston National Nature Reserve. La côte y est propice pour la promenade et nous passons une partie de l’après midi sur le sentier côtier et sous le soleil (Itinéraire). Sympa et idéal pour se dégourdir les jambes avant de rouler vers Stonehenge.

Le détour s’imposait pour aller voir ce site mythique de mégalithes. Sur la route on fait une pause de quelques heures à Salisbury. Malgré le peu de temps que nous y avons passé, la ville nous a paru super jolie avec ses rues pavées, ses façades à colombage et sa petite rivière. Elle mérite sans doute de s’y attarder plus longuement mais nous étions contraint par les billets pour Stonehenge.

La visite du site est remarquablement organisée (Online tickets, réservation à horaire, immense parking, navette en bus pour aller du musée au site). Malgré cette petite industrie, le site réussi l’exploit d’offrir une visite très agréable et de maitriser la redoutable affluence. À noter que les mégalithes peuvent être approchés gratuitement par les petites routes adjacentes ce qui peut être une option économique ou une consolation si l’on arrive en dehors des heures d’ouverture.

Stonehenge

Le musée est petit mais très bien fait et facile à appréhender. Il retrace les différentes périodes, l’évolution du site au cours de l’Histoire et nous apprend que le site de Stonehenge est en fait un des nombreux sites mégalithique de la région. En revanche toujours pas d’explications sur la signification du lieu, ni comment des blocs de 50 tonnes ont pu être acheminés sur 250 km. Cela laisse songeur. La cheminement circulaire autour du site  permet d’avoir une vue à 360° et de préserver les pierres (et la vue)  des visiteurs. On ne regrette pas notre réservation à 17h qui nous permis de profiter d’une superbe lumière et de l’affluence réduite de la fermeture du site. Cette curiosité mystique, technique et esthétique est l’un de nos coups de coeur du voyage!

On plante la tente dans un champs aux alentours. Le camping sauvage s’avère être une bonne alternative comparativement aux campings très rudimentaires même s’il n’est pas toujours aisé de trouver un coin tranquille.

On termine notre découverte du Dorset en nous arrêtant à sa frontière Est à Lyme Regis. Cette ville côtière est particulièrement charmante. Des cabines de plage colorent joliment la plage tandis qu’une longue digue offre un large panorama sur les maisons du front de mer. Des bateaux de pêche sillonnent les eaux calmes du rivage. Les quelques rues calmes réservent quelques intéressantes trouvailles comme un moulin à farine en opération et son agréable jardin, des boutiques de Fudges (caramels mous) et des sortes de tourtons. Lyme Regis s’impose véritablement comme une étape indispensable.