[Taiwan] La côte nord

Publié Publié dans Taiwan

Après la trépidante Taipei nous voulions profiter de notre court séjour pour découvrir des endroits plus nature dans les environs de la capitale. La côte nord de l’île nous a offert de magnifiques paysages, entre mer et montagne.

Nous avons d’abord rallié Keelung depuis Taipei en bus, notre point de départ pour explorer la côte. Le réseau de transport en commun n’est pas simple à appréhender et la voiture aurait sans doute été plus efficace. Quant aux trains, incroyablement bons marchés, ils sont vite complets.

De nuit et dans une ambiance rappelant le film « Une pluie sans fin », Keelung nous a paru plutôt sinistre et sans grand intérêt. À l’abri des auvents des échoppes du marché de nuit nous avons poursuivi notre immersion gastronomique avec un succès variable.

Le lendemain nous nous réjouissons d’être seuls dans le bus public en direction du geopark de Yehliu. Hélas, le parking est déjà rempli de cars de touristes chinois quand nous arrivons un peu avant l’ouverture. Le site abrite des rochers en forme de champignon qui ont été sculptés par la mer. C’est certes impressionnant mais complément dénaturé par la fréquentation. Si l’aménagement du site était sans doute nécessaire pour canaliser le flux il était peut-être possible d’éviter de badigeonner de peinture rouge les rochers pour délimiter la zone d’accès ou de faire courir d’énormes câbles électriques pour alimenter les spots des illuminations nocturnes. Après avoir essuyé quelques coups d’ombrelles de chinois peu bienveillants nous fuyons rapidement le long d’un chemin dallé. Nous profitons alors des paysages marins en contre-bas, de la flore luxuriante et du calme. Quelques marches plus tard, nous ne croisons plus que des papillons multicolores.

Sur le retour le bus nous dépose au Lovers Lake Park. Le temps se gâte un peu et les couleurs aussi. Nous descendons le Haixing trail où une végétation prolifère nous rappelle Jurassik Park . Dommage qu’il nous faille faire le même chemin sur le retour, et en montant cette fois.

Lovers park, Taiwan

Après une nouvelle étape de bus laborieuse nous arrivons à Jiufen en fin d’après-midi, une ville historique accrochée au flanc de la montagne. Si le dédale des escaliers et des rues étroites n’est pas sans charme, on retient surtout les embouteillages des bus qui peinent à manoeuvrer dans les virages et les ruelles dans lesquelles le flot de touristes avance péniblement. Une horreur.

Finalement une fois la nuit tombée et les One Day trip rentrés à Taipei, les lanternes rouges qui illuminent les rues (presque) silencieuses métamorphose l’ambiance. Raviolis vapeur et vue sur la vallée, c’est ce que propose un restaurant dans une vieille bicoque en bois à étage à l’écart: Un coup de coeur.

Jiufen

Pour notre dernier jour on décolle au lever du jour pour une rando à la montagne TeaPot. L’approche, de Jiufen jusqu’au départ du sentier, est longue mais pas désagréable le long de petits chemins baignés de brume matinale.

Le sommet de TeaPot est rapidement atteint et livre une vue spectaculaire sur le relief alentour mais surtout vers la mer que l’on surplombe. Mais c’est en fait ici que la vraie randonnée commence. Après quelques pas d’escalade, on contourne le rocher sommital pour continuer sur l’arête. Le paysage est grandiose. Même si le sentier est plutôt bien tracé, il est peu balisé et s’adresse à des randonneurs expérimentés. Des cordes équipent les passages techniques qui sont un peu exposés. La fin de la balade est plus laborieuse. La végétation devient très dense et l’itinéraire hasardeux. Au final plus de 7h de balade à retrouver ici.

On remonte à Jiufen en taxi pour ensuite filer à l’aéroport sans prendre le temps d’aller voir les Golden Waterfall.