CopenhagueDanemarkEurope

Copenhague

En mai 2018 nous avons voulu comprendre pourquoi les Danois sont les plus heureux du monde. Nous sommes partis pour un long week-end à Copenhague à la recherche du hyggue, l’art du bien-être et de l’atmosphère chaleureuse scandinave.

L’atmosphère n’est pas vraiment chaleureuse lorsque l’on débarque à la gare centrale, dans le quartier populaire de Vesterbro: Pluie fine, établissements nocturnes crasseux, et zonards nous font presser le pas pour rejoindre notre AirB&BOn se rassure en sachant que les Danois veulent quitter Interpol considérant leur contribution financière injuste en regard du taux de criminalité dans leur pays. On recommande l’appartement avec la cuisine équipée qui n’est pas un luxe pour faire sa tambouille au pays des restos hors de prix.

P1020218
Station de tram à Vesterbro

Vesterbro est un quartier résidentiel et calme. Des initiatives pour le dynamiser voient le jour comme la réhabilitation des abattoirs de Kødbyen où des restaurants et galeries d’art occupent les anciens entrepôts. Nous avons gouté aux burgers et tartare onéreux chez Paté Paté, dans une atmosphère agréable. Pour le petit déjeuner, nous avons fait halte à la terrasse ensoleillé de Petròlavec muesli obligé.

 
fullsizeoutput_176
Cour intérieure de la mairie

En rejoignant le centre ville on s’arrête admirer la charpente en coque de bateau renversée du hall de la gare et la cour intérieure de l’hôtel de ville où se succèdent les mariages.

Peu d’interêt à trainer dans Strøget, la rue piétonne principale sur laquelle on tombe immanquablement. Elle est très fréquentée et on y trouve les mêmes boutiques que partout dans le monde. On fait une  exception pour Tiger et Soeurs Sostrene Grene. À ne pas manquer: la descente du premier étage en toboggan, réservé aux (grands) enfants!

Nyvahn, la carte postale de Copenhague, mérite le détour surtout lorsque le soleil illumine les façades colorées et les bateaux en bois.  Plus loin, un food court promeut des salades de quinoa et des burgers au soja. Il ne sera bientôt même plus la peine de préciser « Organic » tellement cela semble être la norme ici.

 

L’architecture de l’opéra est magnifique et on regrette de ne pas pouvoir y entrer.

Autre figure classique de Copenhague : le quartier de Christiania, le village hippie et alternatif au sud de la ville. Il a malheureusement beaucoup perdu de son caractère subversif et l’endroit ressemble un peu à un parc d’attraction où l’on vient observer des bêtes curieuses. Nous ne nous y sommes pas vraiment senti à l’aise. Nous y avons découvert l’atelier à l’origine des triporteurs, ces vélos à trois roues avec une grosse caisse devant pour transporter enfants ou matériel. Lourd et peu stable, la balade dans l’après-midi a seulement été amusante pour l’aspect folklorique. Préférer des vélos traditionnels pour circuler dans la ville.

P1020160
Bibliothèque royale

Les bibliothèques, en plus de permettre de faire une pause, sont souvent une bonne surprise architecturale. Le diamant noir, bâtiment ultra-moderne et sinistre d’extérieur, abrite de magnifique espace lumineux et épuré. Il est adossé aux édifices historiques et le mélange est très réussi. On adore.

P1020241
Palads Teatret

Nous consacrons notre deuxième journée à l’exploration du nord-Ouest de la ville, dans la quartier de Norrebro où les endroits tendances encerclent petit à petit les vieux immeubles en brique. Anciens logements pour ouvriers, une population majoritairement immigrée y habite aujourd’hui. Nous poussons jusqu’au cimetière Assistens, verdoyant et propice à la balade. En sortant de l’enceinte vers le nord, la rue Jaegersborggade et celles avoisinantes font penser à une vie de village avec les tables en bois sur le trottoir où les habitants viennent déjeuner ou participer à des ateliers de bricolage.

Pour une pause déjeuner on conseille les Smorrebrod à Torvehallerne. Ces tartines garnies sont très appétissantes et on a envie de toutes les gouter.

Le château de Rosenborg Slot n’est pas très impressionnant et nous ne l’avons pas visité (Attention il ferme tôt). En revanche, on recommande à coté la visite du jardin botanique et surtout des serres historiques.  Des escaliers en colimaçons en acier permettent de s’élever (en même temps que la température) et de côtoyer les feuilles des palmiers. Gare aux objectifs embués!

Nous avons fait la visite nocturne du parc d’attraction de Tivoli. En plein centre ville il met en scène de vieux manèges. Même si les illuminations sont belles, c’est une sortie couteuse et peu interessante d’autant que chaque attraction nécessite une dépense supplémentaire.

Délaissé par les touristes le quartier de Nyboder vaut le détour. D’anciennes maisons d’ouvriers colorées s’y alignent. Mention spéciale pour la Krusemyntegade, probablement LE spot Instagram.

Retour dans le centre dans le coffee shop d’Arket, pour une pause sucrée de kanelstang, ces pâtisseries à la cannelle délicieuses.

P1020654
Kanelstang chez Arket

Trois jours un peu intensifs suffisent à découvrir la capitale danoise et nous profitons de notre denier jour pour aller humer l’air de la mer. Copenhague est en effet située sur une île, excentrée du pays. Le train nous dépose du côté de Klampenborg, à 40 minutes au nord, là où se trouvent les premières plages de sable. Elles sont très décevantes et on recommande plutôt d’aller visiter le musée Louisiana, encore plus au nord.

fullsizeoutput_189
Jetée à Bellevue Strandbad

Il s’agit d’un grand parc dans lequel serpentent les salles et les couloirs d’un musée d’art moderne. Tantôt sous terre, tantôt au milieu des arbres, les salles d’exposition semblent se fondre dans la nature. La collection ne nous a pas particulièrement enchantée, mais l’architecture unique et la sérénité du lieux nous a emballé.

fullsizeoutput_18a
Musée de Louisiana

On ne vous a pas parlé de la petite Sirène et ce n’est pas un oubli…

Et le hygge dans tout ca? Et bien c’est un mélange d’intérieur ultra cosy, de nourriture saine, de transport doux, d’ouverture sur le monde et d’humilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *