[Vietnam du Nord] Trek à Sapa

Publié Laisser un commentairePublié dans Asie, Vietnam

C’est un peu au hasard et au dernier moment que nous avons décidé de partir au Vietnam pour notre première destination asiatique. Fin mars 2016, la saison y est sèche et les températures modérées. En deux semaines, nous n’avions pas le temps de voir tout le pays et nous avons privilégié le nord: Sapala province de Ha Giang, Ninh Bin et la baie d’Halong et Hanoï. Nous avons passé beaucoup de temps à préparer le voyage sur internet.Les sections « Info pratiques » rassemblent les infos que nous avons glanées sur place et qui ne sont pas toujours facile à trouver.

Pour rejoindre Sapa à 330 km au nord de Hanoï, nous avons pris le train de nuit jusqu’à Lao Cai. La réservation du train en ligne est un vrai casse – tête avec une dizaine de compagnies touristiques qui proposent des services similaires mais il s’agit en fait du même train. Finalement c’est au guichet de la gare de Hanoï que nous avons pu acheter les billets les moins chers pour la compagnie nationale utilisée par les locaux. Parti vers 22h, nous sommes arrivées à 6h à Lao Cai toute brumeuse.

D’abord réticents, nous avons finalement fait appel à une agence pour un trek de deux jours. Les chemins sont en bon états mais pas balisés. En revanche un guide est indispensable pour être autorisé à passer une nuit chez l’habitat.

Femmes Dao Rouge à Ta Phin

On va vous dire la vérité: les rizières ne sont pas vertes à Sapa en mars!  Impossible d’avoir cette info avant d’aller sur place. Alors évidement on est loin des photos de Google Image mais on a quand même eu du soleil et une vue plutôt dégagée ce qui semble assez rare pour la région.

Rizières sur le chemin entre Sapa et Ta Phin

La randonnée vaut vraiment le coup: on marche au milieu des rizières, on traverse des villages où l’on croise des cochons et porcelets qui vagabondent, des buffles dans des bains de boue, des enfants qui rentrent de l’école et des femmes en habit traditionnels. Nous avons aussi goûtés à la canne à sucre pour imiter les vietnamiens qui en mâchonnent sur les bords de route (et que l’on peut ainsi suivre à la trace). Très sucré mais vite écoeurant.

Plaine de rizières près du village de Ta Phin

Le logement chez l’habitant (Homestay) dans le village de Ta Phin est l’un de nos meilleurs souvenirs. La maison est certes rustique mais l’accueil très chaleureux (peut – être aussi parce qu’en hors saison l’afflux de tourisme est limité). Nos hôtes cuisinent à même le sol au feu de bois au milieu de la pièce et on s’est régalé. En particulier avec des frites à l’ail et, bien sur, la fameuse Happy Water (Alcool de riz) dont on nous pousse à la consommation. On termine la journée par un bain aux herbes aromatiques super agréable dans de grands tonneaux de bois.

Diner au Homestay

Contrairement à ce que nous avions lu, les sollicitations des locaux qui proposent leurs produits d’artisanat ne sont pas si oppressantes. Un autre avantage de la basse saison ?

Rue principale de Sappa

La ville de Sapa est relativement touristique et pas très intéressante en soi. Comptez une 1h30 de route (30 K VND) pour redescendre sur Lao Cai avec les mini bus locaux. La route est assez spectaculaire avec une vue impressionnante sur les rizières environnantes si les conditions climatiques le permettent.

Sapa est un petit village d’un nord du Vietnam, point de départ de nombreuses randonnées à la découverte des minorités ethniques peuplant les montagnes environnantes.

  • Train Hanoï – Lao Cai :

Pour y aller, c’est assez simple. Il suffit de prendre le train jusque Lao Cai puis le bus jusque Sapa. Il y a plusieurs trains par jour. Nous avons opté pour le train de nuit qui nous a permis de ne pas perdre de temps et d’économiser une nuit d’hôtel.

La destination étant assez touristique, l’offre est multiple et développée pour les touristes : nombreuses couchettes « tout confort » vendues le double. Nous avons opté pour l’option basique de la compagnie nationale qui a parfaitement fait l’affaire.

Nous avons tenté d’acheter les billets avant notre départ depuis le site internet, malheureusement c’était un véritable casse tête et bien que nous ayons fini par en comprendre l’organisation. Malgré l’interface en anglais, ils nous étaient impossible d’acheter les billets en ligne car nous n’avions pas de carte bancaire vietnamienne.

Nous nous sommes donc rendus à la gare avant notre départ pour acheter les dits billets en précisant bien le type de cabine, l’heure et le prix que nous avions vus sur internet.

Pour plus d’informations sur les départs et les prix, voici le site officiel de la compagnie ferroviaire vietnamienne http://dsvn.vn/#/

Départ 22h, Arrive à Lao Chai à 6h, 384 K VND

  • Bus Lao Cai – Sapa :

Arrivée à Lao Cai en début de matinée, nous nous retrouvons sur un parking rempli de mini van et de moto taxi. Nous sommes assaillit de sollicitations mais nous souhaitons jouer la carte de l’authenticité et prendre le bus public.

Nous ne connaissons ni l’endroit ni l’heure de départ. Nous commençons par nous diriger vers les mini van que nous pouvons partager avec d’autres touristes pour économiser la voyage. Malheureusement ils semblent tous être réservé à l’avance par les compagnies de voyages et les hôtels.

Nous finissions par trouver un bus « public » qui dépose chaque passager devant son hôtel, même service que celui des compagnies privées mais à un prix plus abordable (bien qu’au vietnam rien ne sois cher mais c’est un principe).

  • Réservation trek avec guide :

Nous avions lu sur de nombreux blog qu’un guide était obligatoire pour se déplacer dans la région et pour être accueillis la nuit chez l’habitant. C’est un petit commerce lucratif dont les vietnamiens auraient tord de se priver. Plusieurs agences de voyages se partagent le territoire et proposent les mêmes balades.

Nous avions repéré de nombreuses offres sur des sites internet que nous avions trouvé assez cher. Nous avons donc fait le pari de réserver une fois arrivée sur place.

Un peu par hasard, nous sommes rentrer dans la minuscule agence de Mr Tinh qui nous a semblé authentique. Un accueil des plus charmant avec des prix très attractif. Nous réservons la formule deux jours avec nuit chez l’habitant, repas et guide inclus.

On recommande sans hésiter Mr Tinh à http://sapaoriginaltrek.com/fr/

Formule à 1250 K VND/ pers/ nuit ( Transfert depuis Lao Cai, 2 jours de trek avec  guide, repas et hébergement chez l’habitant)

En prime Mr Tinh nous raccompagne au bus pour repartir à Lao Cai et nous donne des conseils pour nous rendre dans la province de Ha Giang. Un vrai coup de coeur !

[Vietnam du Nord] Les baies maritimes et terrestres

Publié Laisser un commentairePublié dans Asie, Vietnam

La baie d’Halong est un archipel à 250 km au sud d’Est d’Hanoi. Très connue pour ses monts karstiques qui baignent dans les eaux calmes de l’océan indien, elle est très prisée par les touristes. La baie d’Halong terrestre n’a rien d’une baie mais tire son nom de la similarité de son relief caractéristique que l’on trouve dans ses plaines et qui rappelle celui de la baie maritime.

Ce sont des endroits extrêmement touristiques et de nombreuses agences proposent des circuits complètements organisés d’un à deux jours au départ d’Hanoi. Rassurés par notre première semaine sans difficultés, nous avons continués sur notre organisation en autonomie en commençant par Ninh Binh au coeur de la baie d’Halong terrestre à 200 km au sud de Hanoï.

Rizière dans les plaines de Tam Coc

Encore hagards de notre nuit dans le car, nous avons sauté dans un bus à la gare de Hanoï My Dinh pour Ninh Binh à 6h30. Les bus partent à l’heure mais font en sorte d’avancer le plus lentement possible pour permettre aux retardataires de grimper dans le bus et comme d’habitude il n’a pas cessé de s’arrêter au gré des montées et des descentes des passagers, y compris sur le long des 4 voies.

Une nouvelle fois, nous avons eu le plaisir de nous voir imposer la musique locale: Difficile à dire si c’est celle-ci ou la cigarette du chauffeur qui nous a excédés le plus… Comme nous sommes des gens généreux, on vous propose une petite interlude musicale avec cet exemple typique que l’on trouve en permanence. N’écourtez pas les 14 minutes, vous risqueriez de passer à côté de la magie de cette musique.

Plus généralement que ce soit avec la nourriture, la mode, la musique ou les émissions de télé, la culture ne nous a pas paru particulièrement raffinée…. Autre exemple : nous n’avons pas vu un seul livre en 2 semaines!

LE spot de Ninh Binh, c’est une ballade en barque sur une rivière qui serpente entre ( et même sous) les montagnes et les rizières. Les bateliers ont la particularité de ramer avec les pieds ce qui est très surprenant mais efficace. On nous ballade à la queue-leu-leu pendant 1h40. Ca manque quand même de charme. Peut – être aurions nous été plus enthousiastes si le temps avait été meilleur.

Barques à Tam Coc

Nous avons largement préféré nous promener à vélo à la découverte des pagodes environnantes. Celle de Hang Mua est juchée en haut d’une montagne et nécessite l’ascension de 500 marches. La vue sur les plaines et les rizières environnantes est grandiose mais une fois de plus sacrément brumeuse…

Pagode de Bích Động

La pagode de Bích Động vaut aussi le détour d’autant que l’accès est gratuit. Attention : arnarque à 90 centimes : garer votre vélo quelques centaines de mètre avant l’entrée pour ne pas être contraint de payer « le parking ». Etalée sur plusieurs étages, la visite réserve quelques surprises si on a la curiosité de s’aventurer à l’arrière du bâtiment.

Autour des étangs de Thung Nham

Mais finalement la bonne surprise des environs est sans hésiter la réserve ornithologique de Thung Nham. Délaissé par les touristes, c’est un véritable havre de paix, parfaitement entretenu. On se promène sur de larges chemins le long d’étangs et au milieu d’une faune et d’une flore luxuriante. La ballade est agrémentée de la visite de grottes incroyables et de plantations d’arbres fruitiers. Un coup de coeur qui nécessite une bonne demi journée!

Après 3 jours reposants, nous avons filé en bus vers la baie d’Halong. Pas trop motivés par les offres de croisières, nous avons préféré se trouver un pied à terre… sur l’île de Cat Ba au milieu de la baie. Nous avons fait le tour de l’île en scooter mais nous avons été très déçus par les paysages côtiers. En revanche, le parc naturel nous a ravi.

Baie d’Halong

Une rando facile sur des chemins ( un peu trop bétonnés) nous entraine au milieu d’une forêt tropicale où d’immenses racines contreforts bordent le chemin. Nous avons même eu la chance d’apercevoir un singe appartenant à une espèce très rare (selon le routard)! Au sommet, une magnifique vue panoramique sur les montagnes couvertes de végétations.

Parc naturel de Cat Ba

Enfin nous avons terminé notre visite par une courte croisière dans la baie, une sorte d’étape obligée pour des milliers de touristes comme nous qui se font balader par une multitude d’embarcations. Cette nuée permanente en basse saison laisse imaginer à quelque point la haute saison doit être accablante. Si la plupart des gens croisés prétendaient que la baie n’était pas dénuée de charme dans la brume, on va être honnêtes avec vous: sans le brouillard et la pluie, c’est certainement beaucoup plus joli et plus agréable!

Des villages flottants contribuent à l’originalité de la baie. Des pêcheurs et leurs chiens y vivent. Nous avons été assez choqué de voir à quelque point la baie étaient jonchées de détritus. Pas sûr que ce soit d’ailleurs les touristes qui contribuent le plus à cette pollution…

Malgré tout, nous avons gardé le sourire !

 

Ninh Binh et la Baie d’Halong font parties des spots touristiques du nord du Vietnam. Vous pouvez facilement réserver un mini bus privée ou un tour de plusieurs jours auprès des nombreuses agences touristiques de la capitale ou même sur internet avant votre départ.

Personnellement, nous ne sommes pas adeptes de ce genre de pratique. Nous nous sommes donc rendus à Ninh Binh ainsi qu’à la Baie d’Halong en transports publics.

  • NINH BINH
    • Bus de Hanoï (My Dinh) -> Ninh Binh: Départ 6h30, 70 K VND/Per, environ 2h. Lâchés en ville à la merci des motos taxi, on a préféré le taxi pour rejoindre Tam Coc, 70 K VND, 15 min.
    • Nous avons dormi à l’Hotel Tuc Duan juste en face du ponton d’embarquement pour les tours. On recommande cet hôtel avec un excellent rapport qualité/prix et un accueille chaleureux. Notre chambre est spatieuse est propre, le petit déjeuner est inclus dans le pris et on a le droit à un balcon avec vu sur les barques de Tam Coc. Des vélos gratuits sont mis à disposition pour les clients,très pratique pour découvrir les environs.

Pour votre repas, on recommande d’aller chez Loan, 150 K VND / pers pour un repas (Excellente spécialité de chèvre). C’est aussi un B&B magnifique mais qui était un peu au dessus de nos moyens. Vous pouvez néanmoins venir y manger seulement. L’une des spécialités de la région se trouve être la chèvre. Nous avions une furieuse enve d’y goûter et Loan nous a convaincu. Nous avons pris la chèvre grillée sur une pierre chaude. Elle nous a été servi avec des feuilles de riz, de la menthe et des morceaux d’ananas pour faire des nems.

Enfin pour les visites, voici les quelques infos pratiques :

  • Pagode Hang Mua (Carte), 100 K VND / Pers
  • Pagode Bích Động ( carte), Gratuite
  • Réserve Ornithologique (carte), 100 K VND / Pers
  • Ballade en barque au départ de Tan Coc, 1h40 A/R, 195 K VND/ Pers. D’autres spots disponibles dans les environs
  • CAT BA

Cat Ba est l’île principale de la Baie d’Halong. Nous avions réservé un hôtel sur une petite île perdue au milieu de la baie. Pour la rejoindre, il nous fallait d’abord aller jusque Cat Ba.

Ninh Binh -> Cat Ba (le transfert depuis Tam Coc a été organisé par notre hôtel en moto taxi): Arrivée à la gare routère de Ninh Binh, nous voilà embarqué pour 3h de route. Départ à 6h30, 150 K VND/pers. Attention descendre à Haiphong pour prendre le bateau pour Cat Ba. Par erreur, nous sommes allés jusqu’à la presqu’ île de Tuan Chau où il nous a fallu 1h de marche pour rejoindre un autre embarcadère. Bateau pour Gia Luang à 15h, 70 K VND, 1h30 de navigation au milieu de la baie: magnifique; puis bus pour traverser l’ile jusqu’à Cat Ba: 25 K VND, 30 min, synchronisé avec le bus.

Nous avions choisi un hôtel (Sandy Beach) sur une autre minuscule île au large de Cat Ba mais nous ne recommandons pas cette expérience même si l’endroit était paradisiaque: d’une part il nous a fallu payer les navettes en bateau de pêcheur pour les aller / retour mais aussi nous acquitter d’un billet de visite de la baie pour nous y rendre. Enfin, bloqués sur l’ile nous avons été contraints de profiter du resto très cher et de qualité moyenne de l’hôtel.

Quelques infos pratiques sur Cat Ba;

  • Parc national de Cat Ba (carte): 40 K VND / Per,  1h d’ascension, bonnes chaussures conseillées. On recommande !
  • Location de moto: n’importe où sur le front de mer, 90 K VND / jour, idéal pour se déplacer

[Vietnam du Nord] Road trip dans la province de Ha Giang

Publié Laisser un commentairePublié dans Asie, Vietnam

La province de Ha Giang ( prononcer « Ha ziang » avec un cheveux sur la langue) abrite un somptueux massif montagneux frontalier avec la Chine. L’accès y est plutôt difficile mais les paysages sont époustouflants et les touristes peu nombreux.

Nous avons parcouru une boucle classique de 300 km en 4 jours en moto sur des routes vertigineuses qui serpentent entre des monts karstiques. On s’arrête beaucoup en route pour profiter de la vue et même si les routes sont en bon état, on n’y roule pas très vite.

Col de Quan Ban

Ces paysages se méritent et le mini bus de Sapa ( Lao Cai) à Ha Giang a été une véritable aventure:  6h de route avec un long tronçon sur une piste chaotique et des arrêts inopinés sur le trajet pour charger des passages ou du matériel sur le toit. Heureusement les paysages sont diversifiés: rizières, montagnes et villages reculés agrémentent le voyage. Nous avons eu la bonne idée de monter dès le départ du bus à Ha Giang ce qui nous a évité de nous retrouver à partager un strapontin avec un vietnamien pendant des heures.

Un permis est nécessaire pour accéder dans la province. Nous n’avons pas vu de contrôles mais les hôtels le réclament. Certains hôtels peuvent s’en occuper mais  nous avons préféré nous débrouiller en le récupérant directement au bureau officiel de Ha Giang tôt le matin.

Vue sur Tam Som

Nous avons loué notre bolide à Ha Giang chez Johnny. Johnny parle bien anglais et est recommandé par Lonely Planet, ce qui lui permet d’être particulièrement arrogant et probablement plus cher que la concurrence. Cependant le matériel a l’air bien entretenu, une carte nous a été fournie, et surtout des pantalons de pluie qui se sont avérés salutaires. Profitons en pour souligner, et même si cela nous fait mal au coeur, que Lonely Planet était mieux renseignés que le routard dans ces contrées reculées.

Pour le premier jour, nous avons du écourter notre itinéraire à cause la pluie. En arrivant sur Tam Son, ne manquez pas le point d’observation en haut des marches qui surplombe le village et les monts alentours.

Nous avons enfin eu du beau temps pour le second jour ce qui nous a permis de profiter des magnifiques balcons et des crêtes qui conduisent jusqu’au village de Yen Minh.

Balcon en arrivant sur Yen Minh

La ballade nous offre une plongée dans la vie rurale du nord du pays. On croise des buffles et des chèvres sur les bords de route, mais c’est surtout la culture du riz qui occupent les paysans des villages pauvres. Le décalage entre l’omniprésence des téléphones portables d’une part et le labour effectué par des buffles d’autre part est très étonnant. Les enfants sont toujours présents et ne cessent de nous solliciter par de joyeux « Hello » ou « bye bye ».

En direction de Dong Van

Par rapport aux grandes villes, la conduite n’est pas dangereuse car les routes sont bonnes et il y a peu de circulation. Quelques bus desservent les villages mais on les entend arriver de loin avec leur klaxon bruyant. On double quelques gros camions qui peinent dans les montées. On partage surtout la route avec d’autres petites motos, le plus souvent lourdement chargées: canne à sucre, outils, poules accrochées au guidon et même plusieurs cochons harnachés sur le porte bagage! Le plus dangereux restent les touristes chinois qui font la course avec d’énormes 4 x 4.

Paysans au travail entre Dong Van et Meo Vac

C’est en arrivant sur Dong Van que les montagnes sont les plus impressionnantes. Nous y découvrons enfin les fameux « pains de sucre »: ce sont d’étonnants pics rocheux recouverts d’une végétation luxuriante. Ils forment une grande partie d’un parc géologique classé au patrimoine  mondial de l’Unesco. Ils projètent une atmosphère assez inquiétante lorsqu’ils sont noyés dans la brume et évoquent des paysages préhistoriques.

Les monts karstiques dans la brume

Nous avons renoncé à visiter Lung Cu à la frontière chinoise à cause du mauvais temps. De même nous n’avons pas pris la peine de visiter le pseudo château des Hmong dont les photos ne nous avaient pas fait rêver.

De Dong Van à Meo Vac, le paysage est probablement encore très impressionnant mais la brume nous a empêché d’en profiter. Il ne fait pas chaud et les aérations zippées  sous les bras de la veste Gore Tex du pilote permettent au passager(ère) d’y glisser ses mains pour les maintenir au chaud.  Dans tous ces villages on trouve des hôtels sans problème et comme dans tout le Vietnam il y a pléthore de gargotes où l’on trouve à manger.

Sur le tronçon retour de Meo Vac à Yen Minh, le paysage s’adoucit et laisse place aux plantations de bananiers et aux grandes rizières inondées. Le riz est en train d’être repiqué et les rizières se colorent.

Repiquage du riz

On referme la boucle avec une dernière halte à Yen Minh où les couinements des porcs qu’on étranglent sur le marché nous ont réveillés. Le dimanche matin la ville est en effervescence et les femmes de diverses ethnies viennent vendre leurs produits. Nous nous sommes laissés tenter par des gâteaux de riz gluants enveloppés dans des feuilles de bananier mais ce ne fut pas une grande réussite…

Marché dominical de Yen Minh

De retour à Ha Giang nous avons fait une halte au café Bong, un des rares établissements qui accueillent les touristes occidentaux et proposent des conseils touristiques en anglais. Nous avons abusé du café au lait au Vietnam: Il est préparé fort, infusé par versement dans chaque tasse et mélangé avec du lait concentré.

Nous sommes rentrés à Hanoï en bus de nuit. Echaudés par les commentaires alarmistes de TripAdvisor et rassurés par les expériences positives de baroudeurs croisés en route, nous ne savions pas à quoi nous attendre. Il a fallu nous battre pour obtenir les banquettes inférieures mais le bus est confortable, ponctuel et nous avons passé une nuit pas si mauvaise.

La province de Ha Giang, à l’extrême nord du Vietnam, n’est pas des plus accessibles et c’est précisément pour cette raison que nous voulions y aller.

Nous avions vu sur plusieurs blog des français faire le tour de cette région en gros 4×4 accompagné d’un guide mais nous rêvions d’une immersion plus authentique. Certains le faisaient en moto, il était donc possible d’en louer sur place et de se promener en toute autonomie.

  • Bus Lao Cai – Ha Giang :

Pour se rendre à Ha Giang, il faut d’abord aller jusque Lao Cai. Depuis Hanoï, train de nuit (vous pouvez retrouver les informations dans cet articleDepuis Sapa, prendre un bus jusque Lao Cai.

Une fois à Lao Cai, des bus pour Ha Giang partent de la gare routière à l’extérieure de la ville. Attention, il y a deux gares routières à Lao Cai, une en centre ville et une autre à l’extérieure de la ville.

Le trajet se fait dans un mini bus bondé avec la radio à fond pendant 6 h, avec des arrêts en bord de route pour décharger ou prendre de la marchandise ou des passagers. Une pause pipi et ravitaillement de quelques minutes vous sera offerte à mi chemin. Immersion garantie ! On passe par des petits villages et des routes non bitumées.

  • Sapa -> Lao Cai:  Bus fréquent, départ place principale, 30 K VND / Personne, 1h30
  • Lao Cai -> Ha Giang: Départ 6h et 12h30 de la gare extérieure, passe ensuite devant la gare de Lao Cai, 270 K VND / Personne, 6h, arrive dans la gare extérieur de Ha Giang ( 3 km du centre mais ca se fait à pied)

NB : Il y a également des bus Hanoï – Ha Giang.

  • Location de moto :

Quelques loueurs à Ha Giang, nous avons choisis celui au nom le plus occidental : Johnny ! Un peu rustre et impoli mais il parle très bien anglais et on avait lu de bonnes critiques.

Les prix sont certainement plus élevés qu’ailleurs (du fait de sa popularité) mais il avait l’air de bien connaitre la région et son métier. De plus il fournit casques et cartes. En prévision de la pluie, il nous a même prêté des pantalons qui nous ont été très utiles.

Johnny Nam Tram, 183 Nguyễn Trãi, tp. Hà Giang (info@rockyplateau.com ne marche plus), en face du Café Love. 200 K VND/ Jour/ moto automatique avec casques, carte et pantalon de pluie

  • Permis :

Avant de vous engagez sur les routes, il vous faut un permis délivré par les autorités locales. Sans ce permis, vous ne pouvez circuler dans la région. Toutefois, nous n’avons pas été contrôlé ni même rencontré aucun policier ou militaire.

Le permis s’achète dans l’office des permis qui ouvre à 8h. Il vous faudra juste votre passeport.

En haut de la rue Tran Phun à Ha Giang, 210 K VND / pers.

  • Café / conseils en anglais à Ha Giang:

Si vous souhaitez avec des conseils sur la région. N’hésitez pas à vous rendre au Café Bong  n°63-65 Minh Khai street, Minh Khai district, Ha Giang, +84 915121987.

  • Itinéraire:

Les routes sont bien indiquées par des panneaux et par des bornes tous les kilomètres. Station essences dans chaque bourgade.

  • Jour 1: Ha Giang -> Tam Son (50 km)
  • Jour 2: Tam Son -> Dong Van (93 km)
  • Jour 3: Dong Van – Meo Vac – Yen Minh (55 km)
  • Jour 4: Yen Minh -> Ha Giang (90 km)
  • Hôtels:

Les hôtels ne sont pas référencés sur Internet.Nous avions réserver à Hoang Ngoc Hotel à Dong Van par Email (hoangngochotel2@gmail.com) mais il y a énormément d’offres une fois sur place. Mais pas de panique, il n’y a que peu de touristes et il y a énormément d’offres une fois sur place. Les prix sont très raisonnable. Entre 200 et 300 VND/ nuit pour les petits bouibouis qui nous ont le mieux reçu.

  • Bus Ha Giang – Hanoï :

Pour rejoindre Hanoï, même combat : le bus !

Nous avons opté pour le sleeping bus, très populaire au Vietnam du fais des longues distances et des lignes ferroviaires très lentes et peu développées.  Une expérience à vivre !

Nous avions entendu de nombreuses histoires sur les sleeping bus qui nous avaient un peu refroidie : chauffeurs dangereux, musique à fond toute la nuit, mal des transports, secousses… Mais finalement nous avons très bien vécus notre voyage.

A notre grande surprise les bus sont très bien conçus. Ce sont de vraies couchettes avec petite couverture et bouteille d’eau. On doit enlever ces chaussures avant d’entrer dans le bus. Les couchettes sont sur deux niveaux, préférés le niveau du bas (moins de secousses).

Les places sont a réservées à l’achat du billet, demandé donc bien (autant que possible) des couchettes en bas. Nous avons du nous battre pour nous faire comprendre et ensuite nous rebattre dans le bus pour faire comprendre au placeur que nous avions réservés des couchettes en bas.

Ha Giang -> Hanoï (My Dinh): départ de la gare extérieure de Ha Giang à 20h50, 200 K VND, arrive à la gare de My Dinh (l’une des gares routières à l’extérieure d’Hanoï) vers 5h

[Vietnam du Nord] Hanoï

Publié Laisser un commentairePublié dans Asie, Vietnam

Le tourbillon de Hanoï a été un véritable choc à notre arrivée. Fatigués par le long vol, excédés par les difficultés du transfert de l’aéroport (Voir « info pratiques »), la ballade dans la ville a été une épreuve. La circulation y est extrêmement dense et bruyante et surtout ne respecte aucune règles, que ce soient celles du code de route ( Existe – il vraiment?) ou même celles de la politesse. Chacun trace son chemin de manière égoïste.  Une fois ce paradigme intériorisé, on se plait à son tour à marcher et à traverser n’importe où en ignorant royalement les autres, sans que jamais personne ne s’en offusque. A ce petit jeu, précisons que le plus gros ( le bus) s’impose au plus petit ( le piéton).

Décorations colorées

Le bruit est parfois accentués par les haut parleurs qui diffusent la propagande gouvernementale. Sur les murs beaucoup d’affiches grotesques pour in(former) la population sur des règles de la vie quotidienne.

Mais toute cette agitation n’empêche pas les vietnamiens de vivre dans la rue: on n’y mange assis sur de minuscules tabourets, on joue à des jeux de société sur le trottoir, on fait une sieste sur son scooter, on s’y fait couper les cheveux et le plus souvent on y attend Godot assis sur ses talons.

Dans un des nombreux restaurants de rue

Les maisons aussi sont ouvertes sur la rue puisque souvent la pièce principale du rez – de – chaussée est constituée d’une grand façade vitrée qui donne sur la rue à la vue de tous et dans laquelle on trouve la télé, les enfants et le scooter: Ils forment le noyau de la famille vietnamienne.

L’architecture est sans grand intérêt avec quelques demeures de l’époque coloniale. Nous avons parcouru rapidement le quartier présidentiel et nous n’avons pas pris le temps de faire de visites.

Les meilleures nouilles de Hanoî

La balade la plus agréable reste le tour de l’étang dans le centre ville. C’est d’ailleurs là que nous avons été « interviewés » par de jeunes vietnamien qui devaient poser des questions à des étrangers dans le cadre de leurs cours d’anglais.

Interviewer par des étudiants vietnamiens apprenant l’anglais

 

De manière générale, voici nos quelques conseils pour gérer vos paiements au Vietnam :

  • Attention les distributeurs ne permettent pas de retirer plus de 2 000 K VND ( sauf Agribank 3 000 K) par retrait ce qui oblige à retirer de nombreuses fois au cours du séjour et à se voir ajouter des commissions exorbitante ( entre 5 et 7 euros pour La Banque Postale et le Credit Agricole). On recommande donc de changer une grosse quantité d’euros à l’arrivée.
  • Le niveau de vie est très bas, avec parfois d’étranges correspondance comme le paquet de Cookies américain qui coûte le même prix d’une location de moto pour la journée! Comptez entre 90 et 200 VND pour un repas pour deux, 300 VND la chambre double basique. On s’est sorti avec 6 euros par jour et par personne pour l’alimentaire en faisant des restos.
  • Un euro vaut environ 25 000 Dong (VND). On se retrouve vite millionnaire et on parle en kilo Dong

Transfert d’aéroports – Voici les différentes options en fonction de votre budget et du temps que vous avez à partir du terminal international T2

  • Bus de ville, ligne 17, depuis T1 ( prendre shuttle gratuite depuis T2) jusqu’à gare de Long Bien, 9 K VND, 1h30
  • Mini bus, aussi depuis T1, assez aléatoire car il ne part que quand il est plein! 40 K VND, 45 min, dépose à l’intersection de Tràng Thi et Quand trung
  • Taxi
  • La plupart des touristes ont leur transfert organisé par l’hotel ou une agence de voyage

Quartier présidentiel: attention aux horaires contraignants pour les visites