EuropeGrèceLes Cyclades

[Les Cyclades] Naxos

Depuis le bateau, on aperçoit de loin les maisons avec les toits en terrasse et les façades d’un blanc éclatant. Ce sera ce même paysage en arrivant sur chaque île. La vie est concentrée autour de la principale et souvent unique ville (Chora). Au débarcadère, une myriade de propriétaires fond sur les touristes. Nous avions réservé tous nos logements en avance pour ne pas nous en préoccuper sur place mais qui conditionnaient très précisément notre itinéraire. Nous avons souvent été hébergés chez des locaux et le rapport qualité / prix est exceptionnel.

Eglise de Chora

Naxos est sèche et désertique. Nous y avons fait un peu de randonnée. Les chemins ne sont pas beaucoup balisés et nous n’avons croisé que des chèvres. Le mois de juin n’est pas encore trop chaud et nous avons bien supporté l’absence d’ombre. L’excursion réserve quelques bonnes surprises comme une improbable  église abandonnées au milieu de hautes herbes, de beaux points de vue sur l’ensemble de l’île ou de petites bergeries en pierres sèches.

Fidèle à nos habitudes et en absence de transport en commun, nous sommes rentrés de la balade en stop. Mais la circulation est tellement limitée que le retour a été laborieux. Nous avons eu plus de succès sur les autres îles où le stop est globalement très efficace.

Façades blanches et câbles électriques agrémentent le paysage

La ville présente un intérêt limitée et nous avons préféré profiter du charme et du calme de la campagne environnante. Le port offre un spectacle intéressant le matin lorsque les bateaux rentrent de la pêche et que les filets de pêche et les pieuvres sont mis à sécher sur le quai.

Un coup de coeur pour le petit déjeuner chez Aktaio sur le front de mer. Nous nous sommes découvert une passion pour le yaourt au miel et y sommes retournés le lendemain!

La mer qui entoure les îles nous offre un incroyable horizon et nous avons profité du coucher de soleil presque tous les jours. À Naxos, les derniers rayons jouent avec les vestiges du temples d’Apollon qui rappèlent que déjà les Grecs anciens habitaient l’île.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *