Asie,  Thaïlande

Thaïlande #1 : Dans les provinces de Chiang Mai et Lampang

Il y a quelques semaines nous revenions de trois jours de road-trip en moto dans les montagnes à l’est de Chiang Mai.

De Chiang Mai à Chae Hom

Arrivés à l’aéroport de Chiang en milieu de journée, nous décidons de prendre le bus public pour rejoindre le centre ville. Il vous en coûtera 20 bahts / personne et un peu plus de 30 min de votre temps. Pour le prendre, c’est très simple, il se situe juste à la sortie de l’aéroport (qui n’est pas très grand) juste derrière le parking avec les taxis. Il vous faudra quand même braver les chauffeurs de taxi qui vous demanderons, carte à l’appuie « Where are you going? ». 

Nous déjeunons au Blue Diamond une petite adresse qui fait également office d’épicerie bio au nord de la ville historique. Mais pas le temps de trainer, il est déjà 15h et il ne nous reste plus que 3h avant que la nuit ne pointe son nez et nous devons encore louer une moto et parcourir les quelques 100 km qui nous sépare de notre hôtel pour la nuit. 

Nous nous dirigeons donc d’un pas décider vers notre loueur, Bamboo Bikes que l’on vous recommande chaudement. 500 bahts pour une moto automatique pour 2 jours avec casque et sans nécessité de montrer son permis de conduire international. 

C’est donc à 15h30 que l’aventure commence et que nous quittons Chiang Mai pour les montagnes. Nous empruntons la route 118 qui relie Chiang Mai à Chiang Rai avant de nous enfoncer dans la verdure par la route 3005 puis la route 4063. Nous ne sommes pas à mi-chemin que le soleil commence déjà à décliner et nous ferons la suite du périple dans le noir le plus total et sur des routes particulièrement sinueuses. Pour deux novices de la moto comme nous, ce n’est pas la meilleure des idées. 

Sur la route entre Chiang Mai et Chae Hom

On arrive donc à notre hôtel ankylosés après 4h passés sur la moto. Nous avons la bonne surprise de découvrir qu’il n’y a personne à l’hôtel. Nous demandons donc aux voisins qui nous emmènent jusqu’à un autre hôtel quelques kilomètres plus loin. Il semblerait que nous ayons été les seuls à réserver cette nuit sur booking, les gérants sous traite donc à leurs amis hôteliers d’à côté. Après un petit moment gênant où nous attendons pour une chambre dans connaitre le prix ni la disponibilité, nos « accompagnateurs » nous quittent en nous souhaitant une bonne nuit. 

L’avantage de voyager en Thaïlande c’est qu’on est sûr de ne jamais se faire arnaquer et d’être délaissé. Peu importe la situation, un thaï vous viendra toujours en aide.

Dans le cas présent, nous savions que nous pouvions faire confiance aux voisins de l’hôtel (qui étaient certainement les propriétaires) et que nous pouvions les suivre aveuglément. 

Nous nous retrouvons donc dans cet hôtel où un mariage est célébré le jour même. Les mariés nous offrent gentiment un verre de vin blanc et nous pouvons enfin mangé. Nous n’aurons pas vu grand chose de la route et ses paysages mais nous sommes impatients de nous lever à l’aube le lendemain pour partir à la découverte des pagodes « flottantes ». 

Wat Chaolem Phra Kiat : les "pagodes flottantes"

Vous avez peut être déjà vu des photos de ces pagodes blanches perchées en haut des montagnes. Ce site est surtout connu des thaïs mais finalement assez peu des étrangers. Il est pourtant très impressionnant.

 Pour les atteindre, il vous faudra vous acquitter du droit d’entrée du parc de 200 bahts par personne et de l’aller-retour en pick up de 70 bahts par personne. On vous rassure, il reste encore un peu d’ascension avant de pouvoir accéder aux pagodes ! Le pick up vous dépose à un parking un peu plus haut après avoir emprunté une route bien pentu et sinueuse dont seuls les thaïs ont le secret. S’en suit une série de marches qui ne devrait pas vous prendre plus de 30 min pour atteindre le point de vue. Les pagodes étant construites à flanc de falaise ou sur les pics rocheux il est interdit de s’y balader. On ne peut donc que les admirer de loin. 

Wat Chaolem Phra Kiat

Le point de vue nous donne aussi une très jolie vue sur la campagne environnante et nous fait prendre conscience de l’originalité de se temple perché au milieu de nul part. On ne peut que s’interroger sur les motivations et l’agilité de ses constructeurs. 

En redescendant on en profite pour visiter les alentours et depuis en bas, c’est finalement tout aussi impressionnant !

Si vous souhaitez visiter le Wat Chaolem Phra Kiat mais que vous ne vous sentez pas capable de conduire une moto depuis Chiang Mai, il faut savoir que le temps est plus près de Lampang, environ 60 km. Cela dit même depuis Lampang il faut venir avec son propre véhicule. Il existerait des bus publics mais nous n’avons pas testé. 

Le plat le plus épicé qu'il m'est été donné de manger... après plus d'un an de vie dans le pays quand même.

Le parc national de Chae Son

On continue notre road-trip vers le nord, direction le Parc National de Chae Son. Un petit parc national au coeur de la montagne connu pour ses sources d’eaux chaudes dans lesquelles les thaïs viennent faire cuir leurs oeufs. 

On ne peut pas dire que nous avons été subjugués par la beauté du parc. Mis à part une mini rando (si tenté que l’on puisse appelé cela une rando) qui mène à différentes cascades et les sources d’eaux chaudes, le parc n’a que peu d’intérêt si l’on est pas accompagné d’un guide pour aller explorer la jungle un peu plus en profondeur. 

L'attraction touristique du parc de Chae Son

De plus il vous faudra payer le prix d’entrée de 200 bahts par personne.

Toutefois, cela nous aura permis de pouvoir traverser le parc pour continuer notre route et surtout de découvrir la plus belle portion de route de notre voyage. 

La route relie donc le Parc National de Chae Son au village de Mae Kampong. Bien qu’elle sois très peu fréquentée, elle est en bonne état et offre une vue splendide sur les montagnes. 

La forêt luxuriante du nord de la Thaïlande

Nous ne savons vraiment pas à quoi nous attendre et espérons simplement trouver un hôtel pour la nuit avant la tombée de la nuit. Nous tombons par surprise sur des villages traditionnels complètement perdus au milieu de la végétation. Et nous finissons notre journée à Mae Kampong. Un village tout aussi perdu mais qui, à notre plus grand étonnement, s’avère rempli de touristes ! 

Le village de Mae Kampong

Après une journée sur les routes sinueuses et aux dénivelés impressionnant sans avoir croisé personne, nous sommes étonnés de constater que l’ensemble des touristes se concentrent dans le petit village de Mae Kampong. Et pour cause, il s’agit d’un petit village construit à flan de montagne à la végétation dense. La plupart des habitations sont en bois et en terrasse. Le tout est traversé d’un petit ruisseau. Une ambiance à la Miyazaki s’y dégage et cela nous rappel à la fois Jiufen à Taiwan et Tsumago au Japon. 

À vrai dire, avant ce road-trip nous ne connaissions pas l’existence de ce village et n’en avons été que plus agréablement surpris. 

Notre passage par ce village était en réalité motivée par la présence d’une des fermes royales. 

Le Teen Tok Royal Project

Les « fermes » royales sont un projet développé par l’ancien roi Rama IX. Il s’agit d’un ensemble de productions agricoles qui reçoit le soutient de la famille royale. Les produits sont ensuite vendus sur le marché sous l’estampille « royal project ». Après notre visite d’une ferme biologique en banlieue de Bangkok, nous étions curieux de voir à quoi ressemblait ces fermes. 

Et même si nous nous attentions à autre chose, on doit avoué que le lieux avait quand même un certain charme. On s’attendait à visiter une exploitation. Au lieu de cela nous avons trouvé un café accompagné d’une boutique souvenir et un jardin botanique très bien entretenu avec des cultures d’orchidées et de café. 

L’entrée est libre et gratuite. On peut se balader dans la parc en totale autonomie. 

Teen tok royal project
Teen tok royal project

Après ces deux jours passés dans la montagne, il est temps de rentrer à Chiang Mai pour aller voir les festivités du Loy Krathong et du Yee Peng. Fort de notre expérience de la veille, nous décidons quand même de faire un crochet et de rallonger notre route afin de passer par les petites routes des montagnes en espérant découvrir d’autres trésors cachés. 

Villages et point de vue sont une fois de plus au rendez-vous avec même la surprise de trouver un morceau de piste (bien défoncée) au col. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *